LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage.
Films,  Musique

LABANOON – ดอกฟ้า : le court-métrage. [AVIS]

Tire : ดอกฟ้า
Artiste : LABANOON
Sortie : 4 janvier 2021
Durée : 14 minutes.
Genre : Drame romantique.
Sous-titré en anglais (traduction automatique YouTube en français disponible.

Note : 19/20

Nous étions qu’à quelques jours du début de la nouvelle année, et le label de musique Genie Records commence celle-ci avec la sortie de la chanson d’amour de LABANOON «ดอกฟ้า» (Dòk Fáa), second single de leur second album Delivery dirigé par Methee Arun (chant et guitare), Anan Saman (basse) et Nathanon Thongoon (batterie). Nous passons ici à un tout autre registre par rapport à leur premier single «เดลิเวอรี่ » (Delivery) qui est sorti le 1er octobre 2020, où ils nous proposaient une chanson amusante et un clip délirant !

La chanson «Dòk Fáa» est venu à Methee Oroun lorqu’il a eu l’intention d’avoir sa propre chanson d’amour triste, une histoire d’amour simple. C’est alors qu’il a commencé l’écriture d’un démo en guitare acoustique, avant que Kajondej Phromrak accepte d’écrire les paroles, qui racontent l’histoire de personnes qui s’aiment mais ne peuvent pas être ensemble. La fin du court-métrage se trouve dans le MV de la chanson.

꧁L’histoire de LABANOON – ดอกฟ้า : le court-métrage.꧂

L’histoire nous emmène en 1950, où nous retrouvons les deux personnages principaux. Tout d’abord, l’héroïne qui est muette, à qui son père essaie de lui trouver un mari. Cependant, les hommes qui viennent à la rencontre de la jeune femme change d’avis lorsqu’ils se rendent compte qu’elle est muette. Un jour, elle se rend compte que le seul homme qui la comprend est bien plus proche qu’elle ne le pense : le héros de notre court-métrage. Celui-ci est le cordonnier/serviteur de son père. Au fil du court-métrage, les deux personnages tombent amoureux. Cependant, l’amour est parfois fait de sacrifice…

꧁Le tournage et le casting꧂

Le tournage du court-métrage s’est déroulé durant l’épidémie de la COVID-19, au moment où l’activité touristique est au plus bas. Le groupe a donc décidé d’aller tourner intégralement le court-métrage à Phuket, qui est une province où l’industrie touristique est très grande, mais en stagnation actuellement. Tourner là-bas a pour intention de transmettre la beauté de cette province à travers leur court-métrage.

Le court-métrage, en plus d’un lieu de tournage magnifique, a un très bon casting avec Weir Sukollawat Kanarot et Mint Ranchrawee Uakoolwarawat pour jouer les rôles principaux. Ces deux personnalités sont connus notamment grâce à leurs différents rôles dans les lakorns de la chaîne CH3.

꧁La création de la musique de LABANOON : ดอกฟ้า꧂

Dans un interview, Methee raconte comment il a créé «ดอกฟ้า» :

« Au départ, je voulais avoir une chanson simple et triste, que j’avais faites il y a quelques années à partir d’une guitare acoustique dans ma chambre. Lorsque j’ai fini ma démo, je suis allé à une réunion avec Mango pour trouver un écrivain. Toute l’équipe pensa que le seul qui pourrait aller dans la même voie que moi, cela ne devait être que Big Ass (surnom de Kajondej Phromrak). Au début, Kob (Kajondej Phromrak) ne savait pas sur quoi écrire. Un jour, en rentrant à la maison, P’Kob a vu une fleur bleue (Dòk Fáa, d’où le nom de la musique) tomber d’un arbre jusqu’au sol. C’est donc l’origine du titre avant d’avoir écrit les paroles.

C’est l’histoire de la relation de deux personnes qui s’aiment, mais un jour, ils ne pourront plus être ensemble. Que ce soit par notre statut (social) ou soit ce que nous sommes, nous sommes peut être pas assez bien pour l’autre. Alors, on demande à ce qu’elle rencontre une meilleure personne. C’est comme une fleur du ciel qui vient un instant et qui s’envole l’instant d’après. Après ma première lecture et avoir essayé de la chanter, c’était tellement puissant que mes larmes coulaient. L’écriture n’était que le premier brouillon. Il n’y a eu aucun montage. La musique, cette chanson, souligne la simplicité du style de LABANOON, mais a ajouté de la couleur avec les sons de piano et d’accordéon. La difficulté réside dans l’équilibre, parce que si vous en mettez trop, cela peut nuire à l’ambiance de la chanson. Donc, tout doit être facile et rendre meilleure chaque partie. »

Source : Sanook.
Traduction : Cédric เซดริก
alias Le Farangset.

꧁Mon avis sur LABANOON – ดอกฟ้า : le court-métrage.꧂

Le court-métrage est très touchant. Il ne dure peut être que 14 minutes, mais ces minutes sont intenses émotionnellement, tant bien part l’histoire qui est bouleversante, que par les images et les plans qui sont très bien filmés. C’est juste très beau visuellement. La scène au cap Promthep est très belle.

N’oublions pas que nous sommes en Thaïlande en 1950, et que le statut est très important, tout comme le fait de faire honneur à sa famille, de respecter le choix de ses parents, et donc de ne pas pouvoir faire ce que l’on veut, d’autant plus que notre héroïne est muette, et d’un certain statut sociale. Les normes sociales passent avant le reste. C’est bien sûre un court-métrage très triste, et lorsque la musique se met en route à la fin, cela n’ajoute que plus de tristesse. Pour moi, c’est un chef d’œuvre.

De plus, la justesse du jeu de Weir Sukollawat Kanarot et Mint Ranchrawee Uakoolwarawat est juste incroyable, comme toujours, et nous emporte tellement dans l’histoire que les 14 minutes ne paraissent durer que 5 minutes. Ils ont vraiment un alchimie incroyable ensemble, et ce serait un plaisir de les revoir jouer ensemble. Si vous avez l’occasion de les voir dans leurs séries, foncer. Vous pouvez notamment retrouver Mint dans le lakorn Kham See Than Dorn ข้ามสีทันดร qui a lancé sa carrière. Pour Weir, vous n’aurez pas de difficulté à trouver un lakorn dans lequel il joue, car il a eu le rôle principal dans beaucoup d’entre eux. Le premier lakorn dans lequel il a joué est Plik Din Su Dao พลิกดินสู่ดาว en 2006.

Point positif de LABANOON – ดอกฟ้า : le court-métrage.

Je trouve l’idée SPOIL/ du pipeau mignon et originale. Le protagoniste lui donne lors de la scène au cap Promthep, ce qui ajoute de la beauté à son geste grâce à l’ambiance du paysage. De plus, le fait qu’on nous rappelle le statut des deux protagonistes juste avant qu’il ne lui donne, montre à quel point ils s’aiment malgré les différences sociales, et que l’héroïne ne l’accepte pas, car elle refuse systématiquement qu’il se rabaisse devant elle pour lui cirer les chaussures /SPOIL

Point négatif de LABANOON – ดอกฟ้า : le court-métrage.

Cependant, je pense que tout le monde n’arrive pas à forcément comprendre le lien entre ce qu’on voit en 2020 au début du film et à la fin du film. SPOIL/ Nous avons belle et bien 70 ans d’écart entre les deux histoires, nous retrouvons donc deux autres personnages, qui représentent une autre vie des deux protagonistes que nous avons en 1950. On apprend notamment qu’en 2020, les deux ont grandi ensemble en étant orphelins, qu’ils étaient comme des frères et sœurs.

L’héroïne retrouve dans un magasin d’antiquités le pipeau et tous les souvenirs de sa vie passée lui reviennent. Elle décide donc de le donner au héros en lui disant : « Te souviens-tu ? Tu dois venir me chercher. Ne me quittes plus. » On comprends donc qu’elle souhaite qu’il retrouve aussi les souvenirs de sa vie passée et qu’il vienne la chercher à son futur mariage, car elle l’aime probablement. Cependant, le héros est juste confus et ne comprend pas. Il ne comprendra que après, lors de son rêve de sa vie de 1950, de quoi elle faisait allusion, à la veille du mariage en 2020. Il se rend compte qu’il ressent toujours la même chose pour elle, mais qu’il a encore une fois choisit de faire le même sacrifice qu’auparavant en la laissant se marier avec quelqu’un qu’elle mérite. /SPOIL

Conclusion pour LABANOON – ดอกฟ้า : le court-métrage.

Vous l’aurez compris, je ne peux que vous conseiller ce magnifique court-métrage qui a su m’emporter avec brio durant 14 minutes qui sont passées bien trop vite et qui nous rappelle que parfois, quand on aime, on est amené à faire des sacrifices pour la personnes que l’on aime, bien que se soient des sacrifices douloureux.

Je vous souhaite un très bon visionnage et à bientôt !

Cédric เซดริก alias Le Farangset.

LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage. LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage.
LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage. LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage.
LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage. LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage.
LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage. LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage.
LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage. LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage.
LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage. LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage.
LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage. LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage.
LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage. LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage.
LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage. LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage.
LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage. LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage.
LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage. LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage.
LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage. LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage.
LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage. LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage.
LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage. LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage.
LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage. LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage.
LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage. LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage.
LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage. LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage.
LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage. LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage.
LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage. LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage.
LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage. LABANOON - ดอกฟ้า : le court-métrage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *